Partitionner un disque dur (Windows, Mac et Linux)

Février 2018

Ce dossier a été mis à jour avec la procédure pour Windows 10, Windows 8 et Windows 7. Partitionner un disque dur permet notamment d'installer un système d'exploitation supplémentaire ou de cloisonner données et système. Il permet également de préparer la création d'images du système puisque cette opération nécessite d'avoir une autre partition. Enfin, cela permet de réduire le temps de défragmentation (intégral) à la taille de la partition. Cependant, veuillez noter que si vous partitionnez, il existe un risque de perte de données, il est donc conseillé de faire des sauvegardes au préalable.


Partitions et systèmes de fichiers

Un même disque dur peut contenir jusqu'à quatre partitions principales ou trois partitions principales et une partition étendue. Par contre, dans une partition étendue, vous pouvez définir autant de partitions que vous le désirez. Les partitions contenues dans la partition étendue s'appellent des partitions logiques. Pour installer un système d'exploitation, vous avez besoin d'une partition principale tandis que, pour sauvegarder des données, une partition logique suffit. Donc, s'il vous est impossible de choisir de créer une partition logique, soit vous avez atteint la limite (4 partitions principales), soit il n'y a pas assez d'espace libre dans la partition étendue ou à côté de celle-ci.

Plusieurs types de système de fichiers existent :
  • FAT, utilisé par MS-DOS, Windows 3.x et Windows 95 mais parfaitement reconnu par tous les système actuels (Windows XP comme Linux). Ce système ne prend pas en charge les disques durs dépassant 2 Go. La taille des clusters est volumineuse d'où une perte d'espace disque.
  • FAT32 : Évolution du Fat, reconnu par tous les systèmes sauf par MS-DOS, Windows 3.x, Windows 95 Première Édition, Windows NT 3.5 et 4. Les disques peuvent aller jusqu'à 2 To (1 TéraOctets valant 1024 Go). Les clusters sont déjà plus petits.
  • NTFS, utilisé par Windows NT, 2000 et XP. Linux reconnaît ce système à titre expérimental mais mieux vaut se limiter alors à la lecture sans y écrire pour éviter les pertes de données. Ce système n'est pas envisageable pour des disques inférieurs à 400 Mo car il requiert beaucoup de place pour la structure du système. La taille des clusters ne dépend pas de la taille du disque (ou de la partition) et vous pouvez la choisir librement. Enfin, ce système sait réparer automatiquement les secteurs défectueux. D'autre part, les droits d'administration sont pris en charge.
  • Linux Ext2 (Ext2FS), utilisé par le système Linux et non reconnu par MS-DOS et tous les systèmes Windows. Les disques peuvent aller jusqu'à 2 Go et les noms de fichiers jusqu'à 255 caractères. Les droits d'administration sont pris en charge.
  • Linux Ext3 (Ext3FS), utilisé par le système Linux et non reconnu par MS-DOS et tous les systèmes Windows. Les disques peuvent aller jusqu'à 4 To. C'est une amélioration du Ext2FS auquel a été ajouté la journalisation des fichiers afin de permettre de rattraper très vite toute corruption.
  • Linux Ext4 (Ext4FS), utilisé par le système Linux et non reconnu par MS-DOS et tous les systèmes Windows. Les disques peuvent aller jusqu'à 16 To. C'est une amélioration du Ext3FS auquel a été ajouté l’amélioration de la fragmentation pour la diminuer.
  • Reiser (ReiserFS), utilisé par Linux, ce système est journalisé pour rattraper les corruptions et n'est pas reconnu par MS-Dos et Windows.
  • Linux Swap, utilisé par le système Linux et non reconnu par MS-DOS et tous les systèmes Windows. Ce système sert à gérer le fichier d'échange de Linux (le Swap).
  • Non formatée : C'est une partition vierge, sans aucun système de fichiers.

Comment partitionner un disque dur ?

Windows permet de gérer directement les partitions :
  • Appuyer sur Windows + R puis saisir
    diskmgmt.msc
    .
  • Cliquer avec le bouton droit dans la partie basse sur le volume à partitionner, puis sélectionner "Réduire le volume".
  • Choisir la taille de la partition désirée, puis cliquer sur réduire.


Une nouvelle partition sera alors créée, pour peu que l'espace disque disponible sur la partition à réduire soit suffisant.

Logiciels gratuits

En utilisant ces logiciels, prenez vos précautions en sauvegardant au préalable vos données.
  • Fdisk, sous Linux, reconnaît tous les systèmes de fichiers FAT, FAT32, Ext2, Ext3, Swap Linux. Il est inclus dans toutes les distributions Linux.
  • EaseUS Partition Master est une solution capable d'effectuer les principales tâches pour le partitionnement. EaseUS Partition Master ne sait créer et gérer les partitions qu'avec les systèmes de fichiers Fat16, Fat32, NTFS, Ext2 et Ext3.
  • GParted est lui aussi un clone de PartitionMagic. Basée sur GTK, son interface graphique essaie d'être le plus simple possible. Il reconnait et supporte un grand nombre de système de fichiers y compris ceux de Microsoft. Il est aussi disponible en français. Voir :
  • GParted LiveCD est la version de GParted déclinée en LiveCD. On démarre sur le CD et en moins d'une minute on se retrouve devant une interface en français, avec la possibilité d'effectuer des modifications telles que créer/supprimer des partitions, redimensionner des partitions Linux ou Windows (FAT32, NTFS) sur le disque dur du système hôte. Voir :
  • QtParted est un clone de PartitionMagic inclus dans la majorité distributions Linux actuelles. Son interface est ergonomique et il est possible de l'avoir en français. Cette solution reconnaît tous les systèmes de fichiers Linux et Windows, y-compris le NTFS qui peut désormais être redimensionné. Inclus dans Knoppix. Voir :

Solutions payantes

  • EaseUS Partition Master existe aussi en solution payante. Si la version d'essai ne constitue qu'une version de démonstration à des fins de simulation, la version débridée est plus que complète puisque, outre les principales tâches pour le partitionnement, cette version gère les volumes dynamiques et permet la création créer un support de démarrage de secours WinPE. Quelle que soit la version, EaseUS Partition Master ne sait créer et gérer les partitions qu'avec les systèmes de fichiers Fat16, Fat32, NTFS, Ext2 et Ext3.
  • Hard Disk Manager (Paragon Software) permet de partitionner et de cloner les partitions dans une interface graphique , mais austère cependant, sous Windows. Ce logiciel sait reconnaître tous les systèmes de fichiers Windows et Linux mais aussi préserver les données existantes. La documentation laisse à désirer ! Voir :
  • Parted Magic est un LiveCD basé entièrement sur l'open-source et utilise gparted pour partitionner. Tous les systèmes de fichiers sont supportés (ceux du monde Windows comme Linux et bien d'autres). Il est possible de créer des partitions, les redimensionner, les déplacer. Il est également possible de cloner des disques et de les effacer totalement. Le téléchargement de l'image ISO est payant afin de financer son développeur (mais plus faible coût que les solutions propriétaires).
  • Partition Commander

permet de partitionner dans une interface sous Windows légèrement austère. Tous les systèmes de fichiers Windows et Linux sont reconnus. Cependant, non seulement, il est très lent mais, de plus, ne gère pas les disques durs USB ! Voir :

Dans l'urgence

Utilisez un CD Linux "Live". C'est gratuit ! Il suffit que votre BIOS autorise le démarrage direct sur CD. Vous pourrez alors utiliser QTParted (clone de PartitionMagic) voire GParted ou Parted Magic.

Il est impossible de partitionner un disque (une partition) en cours d'utilisation. Soit parce que le système est directement "assis" dessus, soit parce qu'un fichier est en cours de lecture ou assimilé comme tel. C'est pour cela que souvent PartitionMagic redémarre pour partitionner (de même que les autres logiciels).

En passant par un CD Linux "Live", tout le système réside dans le CD et la RAM. Donc, les partitions sont libérées. Nul besoin de redémarrer.

ATTENTION : Si vous utilisez un fichier SWAP ancré à votre disque dur, supprimez-le afin de pouvoir démonter vos partitions, opération essentielle à tout partitionnement.

Beaucoup de CD de distributions LinuxLive permettent de partitionner - et même parfois de créer une image système et de la restaurer -. Citons notamment parmi ces distributions qui s'installent uniquement en RAM (mémoire vive) sans rien installer sur disque dur (ce qui se traduit par une préservation des disques durs) :

Outils supplémentaires

Il arrive que l'on ait besoin de supprimer des partitions avant de procéder à leur création proprement dite. Vous pouvez pour cela le faire à l'aide des outils cités précédemment tel que "Fdisk" ou encore les solutions sus-nommées (Live-CD).

Mais il arrive, pour x raisons, de tomber sur des partitions "récalcitrantes" à toutes suppressions, et particulièrement tenaces ;-). L'urgence et le gain de temps sont aussi des raisons valables.

Dans ces cas-là, existent des petites solutions logicielles, qui peuvent nous faciliter la vie. Ces utilitaires sont à exécuter avec une extrême prudence et en connaissance de cause. Leur action est irréversible !
  • DelPart est un utilitaire DOS permettant de supprimer n'importe quel type de partition (FAT, NTFS, EXT2,...). Vous trouverez ci-dessous le lien vers un site vous en expliquant le fonctionnement ainsi que le lien pour son téléchargement.
  • mset1.free.fr/windows/flush_hd.zip Flush HD est un programme en MS-DOS pour effacer complètement un disque dur, quel que soit le format.

Notre vidéo

A voir également


Publié par teutates.
Ce document intitulé «  Partitionner un disque dur (Windows, Mac et Linux)  » issu de CommentCaMarche (http://www.commentcamarche.net/) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.